Municipales : Christophe DEVILLERS sera bien candidat !

Christophe DEVILLERS, le Délégué régional de Franche-Comté, conduira bien une liste sans étiquette intitulée « Ronchamp Espoir, le bon sens » dans sa commune de Ronchamp en Haute-Saône.

Les candidats : img290

1 – Christophe DEVILLERS, 38 ans, Conducteur de car

2 – Magali VANCON, 36 ans, Mère au foyer

3 – David FILLATRE, 45 ans, Maître d’œuvre

4 – Blandine GLOWACKI, 48 ans, Aide soignante

5 – Jean-Paul PIGNY, 62 ans, Retraité

6 – Marie-Gabrielle AUBRY, 48 ans, Agent technique

7 – Georges EBERLE, 52 ans, Fondeur

8 – Maguy MOREIRA, 36 ans, Employée de commerce

9 – Alain MOCQUET, 48 ans, Ouvrier Peugeot

10 – Nathalie SAGET, 40 ans, Surveillante de Collège

11 – Michel BACHER, 51 ans, Couvreur

12 – Laura JACQUOT, 24 ans, Mère au foyer

13 – Bruno FADY, 41 ans, Conducteur PL

14 – Christine STAINE, 50 ans, Sans profession

15 – Fabrice GLOWACKI, 47 ans, Sans profession

16 – Joséphine RODESCHINI, 72 ans, Infirmière (er)

17 – Marc JEANMOUGIN, 44 ans, Conducteur PL

18 – Thérèse BERTRAND, 47 ans, Sans profession

19 – Maxime VINCENT, 46 ans, Chef d’équipe TP

20 – Stéphanie ROTHFUSS, 22 ans, Sans profession

21 – David VANCON, 42 ans, Conducteur PL

22 – Marie NAUMANN, 61 ans, Retraitée

23 – Albert RODESCHINI, 76 ans, Retraité

 

Christophe DEVILLERS répond aux questions de Médias-Presse-Info

Christophe Devillers est délégué régional du Parti de la France en Franche-Comté. Où en est le Parti de la France en Franche-Comté ? Que fera-t-il pour les municipales ? Quels sont les enjeux du parti pour 2014 ? Christophe Devillers a répondu à nos questions. Moi5

1) Christophe Devillers, vous êtes délégué régional du Parti de la France en Franche-Comté, depuis combien de temps le parti est-il implanté dans la région ?

Il faut tout d’abord rappeler que le Parti de la France a été crée en février 2009 par Carl LANG et plusieurs cadres « historiques » du Front national en rupture totale avec les orientations nouvelles de Marine Le Pen.

Il apparait d’ailleurs aux yeux d’un nombre grandissant de militants et d’électeurs patriotes que ces nouvelles orientations constituent une véritable trahison des idées jadis portées par le courant national.

Après avoir quitté le Mouvement Pour la France de Philippe de Villiers (pour lequel je garde une estime personnelle), j’ai adhéré au PdF fin 2009 et j’ai tout d’abord été nommé « porte parole » pour la région avec comme principal objectif de dynamiser le mouvement et de constituer – puis de mener – une liste de rassemblement et d’union nationale aux élections régionales de mars 2010 qui avait rassemblé près de 2.5 % des voix sous la bannière de « la Ligue Comtoise, NON aux minarets ! ».

Aujourd’hui, nous ne pouvons pas encore parler véritablement d’implantation du PdF en Franche-Comté mais d’une simple représentation car nous manquons encore de moyens (principalement financiers) pour avoir une action politique véritablement efficace à l’échelle de toute la région.

Nous avons toutefois pu ouvrir un blog régional (pdf-franchecomté.fr) qui nous permet d’occuper utilement l’important espace du net et de palier ainsi au manque d’accès criant à la presse locale.

2) Dernièrement, on a pu apercevoir des affiches de votre dernière campagne dans Besançon, était-ce pour apporter une meilleure visibilité à votre parti et dire : on est présent ?

L’action militante qui a été organisée par notre délégué départemental du Doubs, Alde Vinci, dans la capitale comtoise et ses environs avait pour principal objectif de manifester effectivement notre présence aux nombreux électeurs patriotes et nationalistes qui sont aujourd’hui déboussolés par les nouveaux discours du néo-FN.

Les électeurs, qui ont toujours eu pour habitude de se complaire à tort dans un certain confort électoraliste, doivent désormais comprendre que ce « FN-RBM » n’est pas une fin en soi et que le véritable combat contre le système et pour la défense de notre nation se fait dorénavant avec le Parti de la France et ses alliés.

Lire la suite