Propositions

Voici les propositions qui seront soutenues par Christophe DEVILLERS (2ème circonscription de Haute-Saône) et Gérard CRETIN (1ère circonscription du Territoire de Belfort) lors de ces élections législatives :

1/ Restaurer la confiance entre les citoyens (qui doivent être des acteurs et non des spectateurs de la vie politique Française) et le monde politique par la rédaction d’un projet de loi visant à instaurer le référendum Veto permettant un contrôle du travail des élus et donner ainsi aux citoyens la possibilité de s’opposer à toute décision allant à l’encontre de l’intérêt général ou de certaines dérives financières.
Rappelons que les collectivités territoriales majoritairement gérées par la gauche sont en grande partie responsable des déficits publics.

2/ Travailler en urgence à la mise en place d’économies budgétaires par :
- le vote d’une régle d’or instaurant le principe de responsabilité budgétaire à tous les échelons (Etat et Collectivités territoriales) afin de mettre fin aux divers gaspillages publics et réduire drastiquement les dépenses de fonctionnement, les budgets de communication, de prestige et de copinage ;
- réaliser des économies dans des secteurs jusque-là épargnés par les mesures du plan de rigueur qui touchera en priorité les classes populaires et les classes moyennes, c’est à dire l’immigration dont le coût doit être ramené à zéro.
Cette dernière coûte à la France en moyenne 50 milliards d’€ par an, soit 7 fois plus que le plan de rigueur préparé par le gouvernement Fillon.
- mettre fin au scandale de l’Aide Médicalisée d’Etat (AME) – permettant aux personnes en situation irrégulière de se faire soigner gratuitement (1 milliard d’€ par an) – ainsi qu’à l’Allocation de Solidarité aux Personnes Agées aux étrangers à la retraite en France et n’ayant jamais cotisé une seule fois (8500 € par an et par personne).

3/ Sur le plan économique :
- rompre avec le socialisme rampant, l’étatisme et le fisclisme car c’est à partir de l’entreprise, de l’initiative privée et de la responsabilité individuelle que peuvent se recréer les conditions de la prospérité ;
- réformer le système d’aides sociales afin d’inciter à la reprise d’une activité salariée au détriement des allocations de confort ;
- instaurer la préférence nationale et européenne à l’embauche ;
- réduire les charges qui pèsent sur les entreprises ainsi que les taux de prélèvements obligatoires ;
- mettre en place la régle des 3 tiers pour le partage des bénéfices (1/3 pour les actionnaires – 1/3 pour les salariés et 1/3 réservé à l’investissement) ;
- généralisation des primes d’intéressement et de participation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>